Quelles pièces faut-il compter et déclarer à votre assurance habitation ?

Assurance > Assurance Habitation > Quelles pièces faut-il compter et déclarer à votre assurance habitation ?
declaration des pieces principales a son assureur

Vous souhaitez souscrire ou changer votre contrat d’assurance habitation ? Quel que soit l’assureur interrogé, vous aurez alors  invariablement à répondre à cette délicate question : combien de pièces comporte votre bien immobilier ? Et c’est là que le doute peut s’installer, quelles pièces dois-je considérer comme pièce(s) principale(s) dans le processus de souscription de mon assurance habitation. Découvrez ce qu’il faut savoir sur comment dénombrer les pièces principales de votre logement pour faire les choses correctement.

Quelles sont les pièces concernées dans une assurance habitation et lesquelles sont exclues ?

Avant d’aborder la question des pièces à déclarer ou non dans un contrat d’assurance habitation, il est important de souligner une chose très importante. Il s’agit de la superficie minimum requise qu’une pièce doit avoir pour être déclarée.

Cette valeur peut varier d’un assureur à un autre mais il existe tout de même une norme standard. Avant d’être déclarée, une pièce doit nécessairement avoir une surface d’au moins égale à neuf mètres carré (9m²).

Moins connu mais tout aussi vrai, il existe une valeur standard maximum pour la superficie d’une pièce à déclarer. Elle est de trente mètres carrés (30m²). Ainsi tout espace ayant entre 9m² et 30 m² de superficie est à déclarer. Pour une pièce au delà de 30m², l’assureur comptera cette l’espace comme l’équivalent de deux pièces.

Les pièces à ne pas inclure dans le contrat

Commençons par des pièces plus ou moins évidentes, il est question notamment de la cuisine, des toilettes et de la salle de bains, à ne pas comptabiliser en tant que pièces principales.

  Comment faire pour résilier un contrat d'assurance habitation ?

Hormis ces trois pièces, beaucoup d’autres pièces ne sont pas à déclarer. Par exemple, l’entrée, le ou les couloirs, le garage, le grenier, le débarras, la buanderie. Mais aussi, le sous-sol, le dressing, le cellier, la terrasse. Il faut également exclure les pièces hautes de moins de 1m80 en dessous du plafond.

Les pièces à inclure dans le contrat

Les pièces qui pourraient être considérées comme “de vie” sont nécessairement à déclarer. Il est bien évidemment question des chambres à coucher en premier lieu. Ensuite, on peut inclure la salle à manger et le ou les bureaux. Enfin, il faut inclure les pièces dont la hauteur sous-plafond excède 1m80.

Principe de détermination du nombre de pièces principales

Les pièces principales dont il est question ici concernent les pièces à déclarer. Pour les compter, il faut connaître le système de calcul utilisé ici, lequel est d’ailleurs très simple. Une pièce dont la superficie est en dessous de 3m² (voire 40m² pour certains assureurs) comptera pour une seule pièce.

Mais en fonction de l’assureur, une pièce de plus de 30m²comptera pour deux pièces. Et si la pièce excède les 80m², l’assureur peut même la compter pour trois pièces !

Exemple concret

Admettons la situation suivante : votre logement dispose d’une cuisine de 9 m², un salon-salle à manger de 55 m², deux bureaux de 15 m² chacun, trois chambres de 15 m². Mais aussi une salle de bains de 7 m² , des toilettes de 4 m², une buanderie de 11 m². Votre assureur va considérer que vous avez sept pièces. Deux pour le salon-salle à manger, trois pour les chambres et deux pour les bureaux.

Intérêt du calcul du nombre de pièces de son logement

Connaître le nombre exact de pièces à déclarer permet de vous éviter des problèmes futurs avec votre assureur. Supposons que vous n’ayez pas bien déclaré le nombre de pièces de votre logement. En cas de sinistre sur votre logement, outre le délai de déclaration du sinistre, vous risquez de ne pas vous faire indemniser dans le pire des cas, ou à minima recevoir une indemnisation plus basse que prévu.

  Assurance Habitation : que choisir pour une location meublée ?

Dans un cas comme dans l’autre, il est préférable de ne pas se tromper dans le nombre des pièces à déclarer à votre assureur pour éviter une mauvaise surprise lors d’une indemnisation future. Dans le doute, si vous ne connaissez pas le métrage précis d’une pièce qui serait à la limite des mesures précédemment citées, nous vous conseillons de comptabiliser la pièce plutôt que de faire l’impasse sur sa déclaration.

Le monde de l'assurance est en perpétuelle évolution, et c'est bien là ce qui me passionne le plus ! Ce qui est valable aujourd'hui pour une habitation, une voiture ou une personne ne sera plus forcément valable demain. Forte de ce constat, je me suis lancée dans la tenue de ce blog, pour vous donner tous les conseils qui me semblent être dignes de ce nom !

Laisser un commentaire