Suite au décès d’une personne, les charges pour les cérémonies funèbres peuvent être lourdes pour sa famille et l’intervention d’une aide devient inévitable. Pour éviter ce type de situation inconfortable pour les familles, plusieurs personnes adhèrent aux assurances décès ou obsèques dans le but de réduire la charge financière et administrative après leur mort. En fonction des services qu’adressent ces deux types d’assurance, on identifie quelques différences qu’il est important de connaître, car elles n’ont pas une même finalité.

Assurance obsèques ou décès : quand adhérer à l’un ou l’autre ?

Les assurances obsèques et décès sont généralement confondues dans la mesure où elles ont toutes les deux pour objectif d’adresser à vos proches un soutien matériel et financier après votre décès, mais elles n’ont pas la même finalité.

En effet, l’assurance obsèques représente une sorte de contrat de prévoyance qui vous permet d’anticiper, d’organiser ou encore de financer vos obsèques comme vous le désirez. Ceci évite à vos proches de se retrouver dans une situation inconfortable de manque de ressources financières pour mettre en place les obsèques selon vos souhaits pour honorer votre mémoire. Cette assurance leur évite également les contraintes financières dans un moment aussi douloureux.

Pour adhérer à l’assurance obsèques, deux possibilités s’offrent à vous. Soit vous souscrivez un capital pour le financement de vos obsèques en précisant le ou les personnes bénéficiaires qui doivent le recevoir après votre décès ; soit vous organisez toutes vos obsèques avant votre décès en donnant les prescriptions exactes sur les organisations à un opérateur funéraire. Ce dernier se chargera des démarches et veillera à la conformité de vos souhaits. La deuxième option possède les mêmes valeurs juridiques qu’un testament.

Par contre, l’assurance décès représente un contrat pour le maintien de la vie financière de votre famille suite à votre décès. Elle vous offre la possibilité de vous organiser afin de permettre à votre famille de garder son niveau de vie aussi durablement que possible après votre décès. En effet, suite à la mort d’un individu dans une famille, surtout le responsable financier, de lourdes conséquences peuvent être identifiées sur le plan financier. Frais d’obsèques, frais de succession, les dépenses habituelles peuvent rapidement faire périr une famille sur le plan financier si une organisation n’a pas été faite en amont depuis longtemps. C’est à ce niveau qu’intervient la souscription à l’assurance décès pour la garantie financière de la famille.

Assurance obsèques : les garanties

L’assurance obsèques se concentre particulièrement sur les détails des funérailles tels que le choix du cercueil, l’organisation de la cérémonie et toutes les démarches qui s’imposent. Le budget après le décès d’une personne grandit très rapidement et peut devenir difficile à réaliser sans un minimum de soutien. Avoir choisi de souscrire à une assurance obsèques pendant que vous êtes encore en vie allège les dépenses pour votre famille quant à l’organisation de vos funérailles.

Cette assurance à une temporalité définie et un champ de financement restreint. En effet, elle se concentre sur le moment particulier d’après votre décès et ne peut financer autres frais que ceux en rapport avec vos funérailles.

Assurance décès : temps et applications

L’assurance décès est plus étendue que l’assurance obsèques. En effet, l’assurance décès ne se concentre pas uniquement sur les détails des funérailles, mais prend en compte une étendue plus élevée. Le but de cette assurance est de soutenir vote famille de manière continue. Le capital que vous avez cotisé durant votre vivant peut donc servir à votre famille sur plusieurs autres plans.

Les frais libérés par cette assurance après votre décès peuvent non seulement prendre en compte vos funérailles, mais aussi les droits de succession, les dépenses du foyer, les études des enfants et plein d’autres dépensent encore. Cette assurance s’assure de préserver le niveau de vie de votre famille sans que votre disparition ne se fasse remarquer.

Il existe par ailleurs une assurance décès qui sort un peu du registre classique. Il s’agit de l’assurance temporaire décès qui est un contrat de prévoyance qui protège votre famille, mais seulement durant la période de couverture du contrat. En effet, si vous ne décédez pas durant la période définie lors du contrat, votre assureur n’est pas tenu de rembourser les cotisations perçues.

Cette assurance se définit généralement sur un an renouvelable, mais certaines peuvent aller jusqu’à 5 ans. Dans tous les cas d’assurance temporaire décès choisis, vous avez la possibilité de renouveler le contrat. Vous devez retenir que l’assurance temporaire décès se distingue parfaitement de celle classique.

L’assurance temporaire décès permet aux personnes adhérentes de percevoir le capital constitué, et ce quel que soit le temps où vous décédez.

Scandale autour des assurances obsèques

Il est remarqué que le nombre de personnes qui adhèrent aux assurances obsèques est de plus en plus grandissant, soit plus de 500 000 français aux dernières nouvelles, mais ces assurances ont du mal à tenir leurs promesses. Selon les dernières actualités, cette situation trouve son origine dans le fait que les assureurs proposent des contrats d’assurance obsèques commercialisées.

En effet, le capital décès fourni après le décès est moins élevé que la somme versée. Par exemple, pour 4815 euros déposés par les souscripteurs, le capital décès auquel sa famille pourrait avoir accès après 23 ans n’est que de 3838 euros ! d’après une revue. En effet, certaines compagnies d’assurance sont particulièrement voraces et vont même jusqu’à amputer de 40% les sommes versées aux bénéficiaires.

Cette baisse de capitales déposée s’explique notamment par les différents frais prélevés au cours de l’année par les assureurs et l’absence de valorisation du capital versé.

Parfois après le décès du souscripteur, il faut que la famille attende longtemps avant de percevoir le capital pour les obsèques ce qui engendre une réelle déprogrammation et un manque de respect à la mémoire du défunt. Certaines assurances comme Le Crédit Mutuel, la Banque Postale et Groupama s’offrent les droits de réclamer un certificat médical sur les causes du décès alors que les médecins considèrent une telle information comme une rupture du secret professionnel. Un conflit s’installe alors et le temps pour accéder au capital se rallonge davantage.

Les démarches à effectuer après le décès d’un proche

Suite au décès d’une personne proche, il est important de suivre certaines étapes afin de bénéficier des assurances.

Premièrement, il faut d’abord les premières démarches qui vous permettront d’avoir le certificat de décès. En effet, que le décès ait lieu dans un hôpital, à domicile ou dans une maison de retraite, il doit être obligatoirement constaté par un médecin afin que ce dernier vous délivre le certificat de décès. En cas de mort violente, les services de police doivent être prévenus pour bénéficier d’une admission en chambre funéraire. Vous devez ensuite faire la déclaration de décès près de la mairie ce qui vous permettra d’établir l’acte de décès.

Un délai vous est alors imparti pour réaliser les funérailles du défunt. À cette étape intervient l’assurance auquel avait adhéré le défunt avant sa mort. En effet, pour contacter une pompe funèbre, faire l’inhumation et tous les détails d’après décès, l’assurance prend tout en charge selon les contrats choisis.

Après l’inhumation, certains organismes doivent être informés pour la bonne gestion et la bonne continuation des activités. Par exemple, la banque du défunt doit être informée ainsi que son service. Les impôts et les assurances et organismes de crédit en relation avec ce dernier ne doivent pas être oubliés également. Il est toujours bien de faire toutes les démarches le plus rapidement possible.